• L'étrange est jeté

    Image : source Internet

     

     

    Je chaussais mes vieilles baskets, sans mettre de chaussettes. Le voyage n'avait pas été tendre avec elles, elles n'avaient pas survécu, surtout lorsque les chaussures ne sont pas à la taille. Elles avaient aussi rendu leur âme... Depuis quand, et à qui en admettant qu'elles puissent encore avoir un dieu ? J'avais perdu la notion du temps. Le bateau, la traversée, la mer, la côte pourtant si proche, les cris, mes doigts griffant le sable, puis le silence, puis une soupe chaude. J'étais encore là.  J'enfilais mon vieux pull, cadeau d'un compagnon d'infortune. Il n'arrêtait pas la pluie, certes, mais il me faisait chaud. L'air était cinglant en ce mois de janvier. Quel temps pouvait-il bien faire là-bas... Un temps de chien, de feu et de sang. Il me fallait bien sortir de ce "chez moi" improvisé, me dégourdir un peu les jambes, pas facile de loger dans une si petite tente quand on fait presque 2 mètres. Ah, j'en aurais sûrement ri en d'autres lieux, en d'autres temps, sans les chiens errants dans une ville réduite au néant par le feu et le sang qui broyaient sans cesse ma tête. J'étais debout, j'étais toujours debout.

     

     

    J'étais debout

    Pavé prêt

    Mer si loin

    Maison de toile

    Si froide

    si chaude

    Ici, là-bas

    Trottoirs pavés

    Pieds blessés

    pensées oscillantes

    battement des pas

    Pensées figées

    Papillons sur la fleur du pavé

    Suis automate étranger

    Étranger à ce monde

    Étranges pensées

    Que de chemins traversés

    Devant ce soleil levé

    « No madeLe sac à main »

  • Commentaires

    30
    Mercredi 13 Juin à 15:42

    Bonjour Denis, j'ai hâte de voir de nouvelles parutions chez toi. A tout bientôt

    Chinou

      • Jeudi 14 Juin à 08:42

        Bonjour Chinou

        Oui, effectivement, tu as raison, non pas qu'il faille que je me remette au travail, car j'écris toujours, c'est dans mes gènes yes, mais, je sais qu'il me faut mette mes derniers textes.... Le pire, c'est qu’ils sont là, et de surcroît, c'est un plaisir de les partager avec vous toutes et tous...  Tu sais (ou pas), je privilégie toujours l'instant présent, je suis près la nature, et quand je peux être en symbiose avec elle, j'ai tendance à tout oublier... mais je ne vous oublie pas quand même.

        Bisous Chinou

        ... à bientôt...

         

         

    29
    younder
    Samedi 2 Juin à 11:52

    très beau texte. Mais où es-tu passé ?

      • Dimanche 3 Juin à 16:24

        Je suis là, je suis là, et content d'avoir de tes nouvelles. yes

        Lorsque les beaux jours arrivent, j'aime être dehors !

        A bientôt Younder

    28
    Mercredi 30 Mai à 12:16

    Magnifique Denis, poignant, émouvant et bien écrit. Cela me touche moi qui suis si sensible à la cause de ces pauvres gens !

      • Dimanche 3 Juin à 16:22

        Merci  Etienne, moi aussi je me sens un humain... un habitant d'une petite planète toute bleue, qui a eu la chance de naître et, de surcroît, dans un pays où on a encore la chance de penser sans être emprisonné... Pour combien de temps, la liberté tient en si peu de chose ?   Ne pourrait-on pas  faire une petite place à tous ces gens, en attendant que nous en finissions de tous ces politiques et autres nantis qui entretiennent un système où l'armement est le nerf de leur confort.... On a déjà perdu Dassault, combien d'autres attendent la place !

        Passe un bon dimanche, Étienne.

    27
    Vendredi 25 Mai à 10:25

    Bonjour

    petit tour pour souhaiter un bon et beau weekend apres ces jours de pluie qu'on a bien vecus hue hue hue

      • Dimanche 27 Mai à 10:56

        Merci Philippe de ton passage par là.... hum, c'est vrai, la pièce est un peu vide en ce moment... c'est promis, je m'y remets. En ces moments de beaux temps, j'en profite pour bosser un peu. erf

        Bon dimanche à toi. 

    26
    Vendredi 4 Mai à 10:33

    Bonjour

    petite visite pour te souhaiter un bon weekend au soleil, et un max de beaux rayons de soleil ces jours ci

    je suis en vacances, pause de blog la semaine prochaine, je reviens le lundi 14 mai 2018

      • Dimanche 6 Mai à 08:45

        Merci Philippe, bon dimanche ensoleillé à toi aussi (on dirait que c'est bien parti)... et bonne vacances glasses

    25
    Mercredi 2 Mai à 10:04

    Tu écris bien la détresse et le désespoir 

    Bise Denis 

      • Jeudi 3 Mai à 09:20

        Merci Betty,

        j'aurais tant préféré que ce récit sorte seulement de mon imagination !

        Bise Betty et belle journée.

    24
    Mardi 1er Mai à 08:42

    Peut-on se mettre à leur place? Peut-on même s'imaginer lors que nous sommes dans nos charentaises ?

      • Mardi 1er Mai à 09:04

        C'est difficile effectivement de se mettre en place d'autant de souffrance... Souhaitons une issue à tout cela, mais... Ecce homo, pour reprendre les paroles de Ponce Pilate et celles, plus tard de Nietzsche, avant qu'il ne sombre dans la folie, hmm, étrange...

        bon premier mai, l'amie

         

    23
    saby
    Mardi 1er Mai à 07:36
    Bonjour Margi
    Texte qui nous remet les pendules à l heure . Merci
    bon premier mai ami blogueur .
      • Mardi 1er Mai à 08:54

        J'aimerais tant que cela puisse être vrai !

        Un bon premier mai à toi aussi amie blogueuse ^^

    22
    Lundi 30 Avril à 17:54

    Bonsoir,

    joli texte et je me dis j'ai la chance d'avoir un toit.

    Je te souhaites agréable soirée et te remercie pour ton gentil coms.

    Amitiés

    Lucette

      • Mardi 1er Mai à 08:51

        Ce toit nous l'avons mérité. Nous le méritons tous !

        Amitiés, et bon premier mai.

    21
    Lundi 30 Avril à 17:49

    Ils viennent d'ici, ils viennent d'ailleurs, ils ont longtemps cheminé, et pourtant, ne fermons ni les yeux, ni les portes.

     

    Écho :

     

    Chaque montagne a son écho. Ceux des miennes me sont essentiels. Les siennes sont si lointaines ! 

    Cela fait longtemps déjà qu’il est parti. Il a traversé plusieurs pays, pluie, bourrasques, tempêtes extérieures, tempêtes intérieures, contre vents et marées il a cheminé… 

    D’un pays à l’autre, ici, ailleurs, ailleurs encore, ailleurs toujours, de rares sourires, beaucoup de peurs, de nombreuses frontières, jamais un regard en arrière… 

    Des montagnes, des vallées, des rivières, des égarements citadins, plus loin, très loin, avancer sur des chemins incertains… 

    Un jour, espérer le but atteint, poser son regard sur demain, souffler enfin…Mais au fond de sa mémoire, en fermant les yeux le soir, entendre résonner la voix de ses montagnes, et se permettre une larme…

      • Mardi 1er Mai à 08:48

        Très beau texte ! Il faut garder espoir tant que l'écho renvoie encore le son de nos voix !

        Bon premier mai Annick.

    20
    Lundi 30 Avril à 11:41

    Je souhaite qu'il ait trouvé un autre abri depuis... Rester debout, c'est parfois bien difficile.

      • Mardi 1er Mai à 08:43

        Je l'espère de tout mon cœur, Quichottine.

        Bon premier mai et bisous amicaux

         

    19
    Lundi 30 Avril à 11:09

    Bonjour

    il y a ceux qui peuvent se permettre quelques jours de vacances en camping sous une toile de tente simple et occasionnelle

    et il y a ceux qui sont obligés, forcés de survivre dans une toile de tente tous les jours et longtemps

     

    a part ça le monde va bien, les deux Corées vont s'entendre pour bombarder les autres, je suppose

      • Mardi 1er Mai à 08:41

        Comme tu dis, à part ça, tout va bien... Tiens, c'est drôle, à l'information de la réconciliation des deux Corée, j'ai eu cette même réflexion !

        La situation est peut-être trop édulCorée... excuse mon mauvais esprit... oops

        Bon premier mai Philippe

    18
    Lundi 30 Avril à 08:41

    Yes, Texte fourni. Thème fort. Bravo !

      • Mardi 1er Mai à 08:34

        Merci Thierry

        Bon premier mai à toi

    17
    Dimanche 29 Avril à 21:00

    Combien de personnes qui, si elles avaient la possibilité de te lire, se retrouveraient dans ton texte.  Et moi qui suis  confortablement assise dans une maison chauffée, éclairée, le réfrigérateur plein.....pendant que d'autres crèvent de faim et de froid  :-(       texte poignant qui nous porte à réflechir sur notre condition prvilégiée..

      • Mardi 1er Mai à 08:33

        Oui, tu as raison, mais la guerre appartient aux riches et aux puissants de cette Terre...

        Bon premier mai, Chinou

    16
    Mo
    Dimanche 29 Avril à 20:14
    Mo

    Bonsoir,

    Ton texte est émouvant.

    Passe une bonne soirée,

    Mo

      • Mardi 1er Mai à 08:28

        merci Mo

        Bon premier mai

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :