• La vie devant soi

    La vie devant soiLa vie devant soi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Images du film de Charlie Chaplin : Les temps modernes

     

    Se lever matin et repousser ses rêves

    Être dans un même lieu froid et sans âme

    Accomplir la tâche pour laquelle on est conditionnée

    Essayer de se persuader qu’elle est vraiment indispensable

    Avoir envie de tout casser

    Puis

    Se coucher et reprendre le cours de ses rêves qui reviennent doucement

    Puis

    Se lever matin et les repousser à nouveau...

    « John DoeDois-je m'excuser ? »

  • Commentaires

    44
    Saby
    Jeudi 27 Avril à 09:17

    Oh il n y a plus personne depuis quelques jours ........ mais la vie oui la vie Margi oui je sais .... un petit coucou en passant en attendant d'autres posts 

      • Vendredi 28 Avril à 13:35

        Oui, j'avais besoin d'un peu de recul... quand les pages blanches de mon carnet de dévoyages refusent l'encre, c'est qu'elle n'est plus assez de bonne qualité... Alors, je range mon stylo un moment et je pars faire un tour dehors.

        Merci Saby de ta visite.

    43
    Dimanche 23 Avril à 07:47

    on attendra, on a le temps..... es-tu parti visiter tes rêves ? bises

    Christine

      • Dimanche 23 Avril à 09:18

        Merci Christine. Oui, je crois que tu touches de très près la réalité sarcastic

        Bise à toi et belle journée... Christine.

        Bon, il va falloir que je rentre, car il paraît que la pêche aux carnassiers est ouverte aujourd'hui !  happy

    42
    Vendredi 14 Avril à 09:47

    un petit bonjour sur le dernier article pour souhaiter de Joyeuses Paques a tous

      • Mercredi 19 Avril à 11:33

        Merci Juste de ta fidélité,

        Oui, je sais, je pose le stylo sur une page marmoréenne. Que peut-il y avoir de plus horrible qu'une page blanche, un stylo noir, avec une cartouche toute neuve, prête à en découdre, et...  un vide entre les deux ?

        Les choses se bousculent un peu dans ma tête.arf, je vais rebondir yes, je sais.

         

      • Dimanche 16 Avril à 09:15

        salut

        pas grave, je vais visiter les anciens articles en attendant du nouveau he

        bon dimanche et lundi de Paques

        a mardi

      • Vendredi 14 Avril à 11:36

        Merci, juste. Je te souhaite également de  passer de joyeuses Pâques.

        A bientôt pour de nouvelles aventures, car ces temps-ci, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour m'occuper de mon blog, ni même pour écrire arf...

    41
    Jeudi 13 Avril à 08:52

    En fait la Vie n'est que répétitions de mots , de gestes , de pensées

    Mais différentes chaque fois ....Peut être çà ...J'avais envie de te faire un petit signe ....

    Bise Denis

      • Jeudi 13 Avril à 20:50

        Cher Denis , mais  cela ne rejoindrait pas ce que je disais en terme de répétitions différentes !!!!

        Sinon tu m'expliqueras .... moi c'est pas  le fleuve , c'est le lac smile , sérieux je n'ai pas peur de dire

        Que je n'ai pas compris , on y est ou on y est pas , çà m'annonce une heure de cogitations nocturnes .....Bise Denis

      • Jeudi 13 Avril à 19:26

        Merci betty pour cet agréable petit coucou. yes .

        Non, si on suit la philosophie moniste, la seule qui vaille à mon goût, Tout est toujours différent puisque nous vivons dans un présent qui se renouvelle sans cesse. Selon Héraclite "On ne peut pas entrer une seconde fois dans le même fleuve, car c'est une autre eau qui vient à vous ; elle se dissipe et s'amasse de nouveau ; elle recherche et abandonne, elle s'approche et s'éloigne. Nous descendons et nous ne descendons pas dans ce fleuve, nous y sommes et nous n'y sommes pas. " qu'en penses-tu ?

        Bise Betty

    40
    mélanite
    Samedi 8 Avril à 17:49

    Egoïstement j'ai fait une double lecture, transposant sur un plan personnel... en ce moment, en phase avec une actualité déprimante, je me noie dans le "puis"...

      • Jeudi 13 Avril à 19:28
          •  

            Oui, il semble que ce soit une "erreur" assez fréquente ces jours-ci... mais ne te noie surtout pas, ni dans le "puis", ni dans "l'amer"

            Bise Mélanite

    39
    Mardi 4 Avril à 15:18

    Es tu sorti des "miasmes" qui t'ont poussé à écrire ce billet ? 

      • Mardi 4 Avril à 18:17

        Bonjours Chinou

        Je ne sais pas trop, avec tout ce qui se passe autour de nous. Je crois qu'effectivement, je vis dans ces "miasmes" en ce moment... J'ai besoin de faire le point sur toute cette actualité qui me blesse, alors que les choses sont si simples, qu'il suffit seulement d'un peu de bon sens.

        Bise Chinou...

    38
    Dimanche 2 Avril à 15:43

    Aimer la vie même si les matins ne conduisent pas vers des aurores idéales. J'ai rencontré tellement d’ouvriers sidérurgistes et de mineurs qui aimaient leur métiers et qui avaient de beaux rêves et de beaux idéaux et tellement de cols blancs désabusés et aigris. La vérité est dans notre tête et entre nos mains.

      • Mardi 4 Avril à 18:11

        Salut Étienne,

        Oui, ils aimaient leur métier, j'en suis sûr, mais leur rêve, était-il vraiment à la hauteur de leur espérance. J'ai toujours du mal à admettre que ces gens là se fassent appeler les LU, Les Michelin et maintenant les Haribo (oooups, j'anticipe, les médias vont bientôt nous la faire, celle-là ... et j'en passe). Ils perdent leur âme au profit du nom de leur entreprise qui bien souvent les traite comme des matricules dans les dossiers du RH. Ne serait-il pas plus honnête de leur part  de nous dire, puisqu'ils acceptent les interviews à la télé ( la Pravda) : Je n'ai plus de salaire plutôt que j'ai perdu le travail que j'aimais depuis toujours et je ne m'en remettrai jamais . Bon, excuse-moi Étienne, je m'égare un peu... La politique me dégoutte ! Oui, j'espère comme toi que la vérité est encore entre nos mains. Je l'espère et je le dis encore : j'y crois... ensuite, on verra.

        Content que tu passes par là, en ce moment mon écriture est à sec... Le mal du temps peut-être.

        A bientôt Etienne

         

         

    37
    Vendredi 31 Mars à 08:42

    allez tiens, je me recouche !

      • Vendredi 31 Mars à 10:29

        Oui, c'est peut-être aussi bien yes. Mais il faut avoir "sa Babylone", c'est vital aujourd'hui ! En écho à un livre de  Richard Brotigan, issu de la beat génération, trop peu connu à mon humble avis (pour en savoir plus, https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Brautigan ).

        Le Roman s'appelle "Un privé à Babylone". Pour faire court, c'est l'histoire d'un pauvre type, inspecteur de police, dans un bureau pourri, à qui il arrive toujours des merdes. Mais, dès qu'il a un moment, "il file à Babylone", un lieu imaginaire où il est détective privé, où il a deux merveilleuses secrétaires, une voiture de sport, et où tout lui réussi sarcastic. Bon, ok, à un moment, il faut revenir ! arf

         

    36
    Jeudi 30 Mars à 17:38

    plutôt mourir. ça aurait pu être ainsi, plusieurs fois. J'ai eu à chaque fois le sursaut, l'énergie vitale, j'ai rejeté cette vie, j'ai pris des risques mais à chaque fois je suis retombée sur mes pieds par magie et j'ai continué un autre chemin.

      • Vendredi 31 Mars à 10:41

        Qui n'a pas eu, une fois dans sa vie, l'impression de n'être utile pour personne, même pas pour soi. Mais, chaque fois on se relève car l'homme marche debout et puis, rien n'est gravé dans le marbre, il y a toujours une issue, un chemin de traverse qui sent bon l'odeur d'exister, l'odeur d'une autre liberté peut-être... Parfois, oui, on prend du risque, mais est-ce une raison pour renoncer à une chose si belle que la Vie ?

        Bon week-end à toi younder

    35
    Lundi 27 Mars à 11:54

    Bonjour Margi-Denis,

    En lisant le titre de ton article  je m'attendais à quelque chose en rapport avec le livre que R.Gary  avait écrit sous le pseudo Emile Ajar.

    Ceci dit je ne suis pas déçu par le contenu, le poème colle parfaitement à la photo où Charlot travaille à la chaine. Il y a mieux comme boulot pour rêver.

      • Vendredi 31 Mars à 11:32

        Salut Pierre,

        Tmor m'a fait la même réflexion. Je n'ai jamais lu ce roman de Gary, mais c'est promis, je vais combler rapidement cette lacune (merci pour cette idée-lecture).

        Effectivement, la rentabilité à tout prix, ce Taylorisme ambiant, ne porte pas au rêve. J'ai eu la chance d'y échapper, ce qui n'est pas déjà si mal, mais... ce qui ne m'empêche pas non plus de considérer que ce n'est pas terrible. Je ne sais pas quoi penser,  quand je vois à la télévision des femmes et des hommes licenciés, qui ont fait durant toute leur vie du "travail à la chaine" pleurer sur la "beauté" de leur "travail, de leur 'entreprise", jusqu’à accepter de porter le nom de celle-ci. Les "LU", les "Michelin"... et bien d'autres encore. J'espère seulement qu'ils ne regrettent pas un travail, mais seulement un salaire pour faire vivre la famille.

    34
    Jeudi 23 Mars à 20:57

    Je n'ai jamais vécu ce que tu décris. Même lorsque j'ai travaillé dans des conditions physiquement ou pschologiquement difficiles j'ai toujours été heureuse le matin de me lever et d'aller travailler. 

      • Vendredi 31 Mars à 11:45

        Je vais t'avouer que moi aussi, privilégié, je ne suis jamais allé au travail avec "la boule au ventre", mais, au train où vont les choses aujourd'hui, avec ce que certains de nos politiques proposent... je me pose des questions sur leur conception du travail et aussi sur ce que représente l'être humain à leur yeux.

        Bises Chinou et bon week-end

    33
    vio
    Jeudi 23 Mars à 16:25

    houlala mais non !! c'est pourtant la terrible réalité de plein de gens :/, travailler dans la contrainte et surtout subir ; mais tu sais, l'Homme se complait souvent à subir ce qu'on lui propose car c'est parfois plus facile et ça permet de pouvoir aussi se plaindre... quant à repousser ses rêves, bien sûr qu'on peut le faire mais c'est dommage de ne pas plutôt chercher à les vivre !? en tous les cas c'est ce que je m'efforce de faire (et sans trop d'efforts s'il vous plait :D)

    je t'embrasse, longtemps que je n'avais pas blogué un peu :)

      • Vendredi 31 Mars à 11:59

        Oui, je me demande parfois si il n'y a pas, comme tu le dis, une forme de masochisme chez certaines/certains, voir ma réponse au commentaire de Pierre*. Je souhaite seulement que ce ne soit pas une réponse sincère de leur part...

        Oui, Violaine, continu à vivre tes rêves, c'est vital... voir la réponse que j'ai faite au commentaire des caphys.

        Je t'embrasse aussi, Violaine, merci de ta visite. Je sais que tu referas un blog yes.

        Bon week-end...

    32
    Mercredi 22 Mars à 12:19

    Essayer... et parfois trouver le mot qu'il faut, l'image qu'il faut... et surtout, ne pas oublier ses rêves.

      • Vendredi 24 Mars à 18:52

        Il faut quand même que les rêves deviennent projets, tôt ou tard yes

    31
    Betty....
    Lundi 20 Mars à 18:18

    Survie sur fond de désespoir !!! .....Pourquoi se punir et enfouir ses rêves ? les enterrer

    Dans le jardin pourquoi pas et planter un rosier dessus rosier qui fanera des effluves

    D'amertume des rêves enterrés ....En attendant le Temps file et la Vie passe et tous deux

    Se moquent de ces rêves délaissés....Se lever matin et décider de changer tout et le faire

    Avant de se lever  matin si las que  renoncer s'impose .....

    Bise de Belle soirée Denis

      • Mardi 21 Mars à 10:11

        Non, je ne fuis pas mes rêves, ni ne les enfouis, encore moins ne les enterrent, bien au contraire,  ils sont là, projets, qui se rapprochent chaque jour un peu plus. Mais ils deviennent plus nets, plus précis, plus réfléchis aussi.

        Bise de belle journée Betty.

    30
    Lundi 20 Mars à 10:07

    Inviter le rêve à partager sa journée tout en gardant les pieds sur terre et les mains dans le cambouis...

    La lumière n'est jamais très loin de ceux qui l'espère.

      • Lundi 20 Mars à 12:33

        Heureusement et merci EDF... Ta lumière nous illumine... happy. Bien que mes rêves, je les fasse surtout dans le noir... Par économie peut-être. Quant au cambouis, je ne sais pas trop quoi en dire. 

        Belle semaine à toi abécé.

    29
    Lundi 20 Mars à 09:24

    Le matin, je m'éveille en chantant
    Et le soir, je me couche en dansant
    Entre temps, je fais la sieste
    Voilà tout ce qui me reste
    Ou je me fais du café
    On ne se soigne jamais assez

    La, la, la, la, la, la, la, la, la,...

      • Lundi 20 Mars à 12:26

        Tu as raison, Juste, c'est parfois la seule chose qu'il reste à faire, Guy Béart avait bien raison, c'était un grand sage de son temps sarcastic.

        Belle semaine à toi.

    28
    Lundi 20 Mars à 08:45

    Denis,

    Yep. C'est le titre d'un très beau roman de Romain Gary. Bel hommage que tu lui fais là.

    C'est le matin alors on recommence !

    @+

      • saby
        Lundi 20 Mars à 18:53
        Excellent je confirme Thierry .
      • Lundi 20 Mars à 12:20

        Rhaa, honte à moi, je ne connaissais pas ce roman de Gary, mais je te promets que je vais pallier cette grosse lacune oops.

        Je suis heureux pour cet hommage inconscient à Gary que j'aime beaucoup.

        Non, tu n'as pas à recommencer, toi, tu as choisi un travail que tu aimes ! yes

    27
    Lundi 20 Mars à 08:23

    Je rêvais je rêve et je rêverai  encore et toujours même si ....  oui tout les matins on les pousse un peu car l'obligation de se bouger pour le nécessaire  est là , prioritaire , donc oui ,forcément on les pousse dans un tiroir de notre tête .... pour aller les rechercher dès qu'on sera tranquille .... 

    Bien le bonjour Denis et la bonne semaine wink2

     

      • Lundi 20 Mars à 12:14

        Je te rejoins sur ce concept ! yes, on ne fait pas toujours ce qu'on aurait envie de faire, on le met entre guillemets. On est des chasseurs, on part tous les matins pour ramener le gibier qui nourrira notre famille.

        Bisous Saby et bonne semaine.

         

    26
    Dimanche 19 Mars à 17:27

    Certains pensent que: éveillé ou en plein sommeil, tout est irréel, tout est rêvé. A quoi servirait-il donc de repousser les rêves de la nuit , si c'est pour se retrouver dans le grand rêve diurne.

    Bonne fin de weekend Denis

      • Lundi 20 Mars à 12:07

        Ben, on essaie quand même de garder le meilleur yes... Toujours cet instinct de préservation... C'est un peu l'histoire de celui qui rêve qu'il est en train de rêver... Nous voilà complètement perdu dans un rêve en spirale.

        Bonne semaine Pascal

    25
    Dimanche 19 Mars à 14:41

    "Se lever matin et repousser ses rêves..."

    Nous ne pouvons pas repousser les rêves, ils nous suivent comme notre ombre. Il suffit d'un rayon de lumière pour qu'ils repoussent comme par enchantement. On appelle ça espoir.

    La vie n'est qu'échange entre la nuit et le jour, le sombre et le lumineux.

    Tes deux photos le prouvent bien Margi.

      • Lundi 20 Mars à 12:00

        Je ne suis pas psy, mais il me semble quand même qu'on peut, ou qu'il nous faille "repousser" nos rêves dans un petit coin de notre moi, au moins pour un moment, le temps d'une journée de travail par exemple où celui-ci requiert toute notre attention (travail dangereux ou intellectuel). Hummm, penser à la deuxième photo, lorsque nous sommes dans la situation de la première, ça peut être dangereux yes

        C'est pour cette raison que je dis "Essayer de se persuader que ce travail est vraiment indispensable", car sinon, il devient aliénant.

        J'ai écrit ce petit texte suite à la lecture du dossier de Télérama n°30504 (la semaine dernière) sur les nouvelles conditions de travail avec Internet.

        Bon début de semaine Jamadrou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :