• Haïku pour un matin

     

    Haïku pour un matin

    Haïku pour un matin

    Haïku pour un matin

    Haïku pour un matin

     

    Silence sur l'étang

    Derrière le rideau de brume

    La vie se cache

     

    « Les motsHaïku parasite »

  • Commentaires

    23
    Vendredi 5 Mai à 10:09

    simple et beau haiku, et les photos d'illustration sont superbes

    22
    Ceher
    Dimanche 3 Mai 2015 à 16:30

    Vous savez ce qu'elle vous dit, la Légumineuse????? Vous verrez, quand vous aurez mon âge!

    21
    Samedi 2 Mai 2015 à 16:15

    Nours : Ton hypotésation n'est pas mal non plus, mais, je t'assure que ça ne sentait pas la Vache Qui Ri !yes

    Quand à Céher, alors ne tranchons pas, laissons là telle quelle, c'est a dire entière !happy

    20
    Samedi 2 Mai 2015 à 15:51

    Merci ! J'en étais à hypothéser (faire l'hypothèse, en langage Noursien) que c'était une portion de vache qui rit héritée des Pierafeu, mais ton explication me semble plus plausible.

    Quand à Ceher, les chercheurs n'ont pas encore statué sur son genre. Homme, femme, légumineuse... ils n'arrivent pas à trancher.

    19
    Samedi 2 Mai 2015 à 15:25

    Bonjour Nours. Rhaaaa,  les femmes !

    J'ai une explication quant à la triangularité de cette pierre qui titillait tant ta curiosité. En effet, en Seine-et-Marne la plupart des lacs ou grands étangs sont d'anciennes carrières de sable (ou sablières), ces pierres en grès n'était pas exploitées, elle restaient donc sur place ou elles étaient parfois coupée et déplacée mais toujours sur le site.

    Bon week-end à toi

    18
    Samedi 2 Mai 2015 à 09:14

    Ceher, trouillarde !

    Anonyme

    17
    Vendredi 1er Mai 2015 à 22:14

    c'est tellement beau et silencieux que j'ai envie d'y glisser, telle Ophélie......

    16
    Céher
    Samedi 25 Avril 2015 à 16:18

    Féérie des deux dernières photos, mais la première me fait un peu peur: elle ressemble à un billot qui n'attend qu'un bourreau.

    15
    Mardi 21 Avril 2015 à 22:11

    j'aime cet ensemble, mais beaucoup de brume quand même ;o) 

    bises de bonne nuit !

    14
    *
    Dimanche 19 Avril 2015 à 21:03
    Non , je n'ai pas de blog...
    Je voyage...
    13
    Dimanche 19 Avril 2015 à 20:54

    bonsoir Denis une belle ambiance ou tout peut surgir du brouillard , merci , bonne soirée

    12
    Dimanche 19 Avril 2015 à 19:45

    Bonjour

    Ah les photos sont superbes!

    Beau Haïku:

    Bisous

    11
    Dimanche 19 Avril 2015 à 18:53

    point de signe

    de bernache et de cygne

    perte dans la brume

    wink2

    10
    Dimanche 19 Avril 2015 à 16:58

    @* : merci de ta visite. Tu n'as pas un blog ?

    @ Etienne : Oui, une intimité partagée à cette instant

    @ Quichottine : La vie est partout, parfois elle se cache un peu . Jouerait-elle au chat et à la souris ?

    @ another : je ne sais pas si mon regard à mérité le respect, mais ce jour là... cette vision s'imposait.

    @ Kattelm : Oui, la vie ce matin là avait jeté un voile de pudeur... Mais, je n'ai vu aucune baigneuse.

    @ Mbindo : Je suis heureux d'avoir apporté une pierre à cet édifice.

    @ Yonder  : ... et pas de photographe-voyeur pour éditer cette photo sur son blog ! Vous avez eu de la chancehappy .

    @abécé : Il y avait un cygne et quelques bernaches qui revendiquent eux  aussi leur part de Haïku. erf

    @ Nours : Merci de ta visite par ici. Ben zut ! Tu me poses une sacrée colle. J'avoue n'en rien savoir et pourtant c'est un lieu que je connais bien... C'est promis, tu auras ta réponse...

    9
    Dimanche 19 Avril 2015 à 10:25

    C'est quoi cette pierre sur la première photo ? Elle semble taillée... et les formes triangulaires titillent ma curiosité.

    8
    Dimanche 19 Avril 2015 à 09:23

    Promenade sous la brume

    seuls les canard

    animent l'étang

    7
    Samedi 18 Avril 2015 à 08:25

    septembre 2014, lac de Narlay :

    les eaux du lac sont une caresse.

    seuls parmi les reflets des montagnes

    seuls ? non

    une famille de canard,

    attirés sans doute par notre nudité

    nous accompagne, nous suit

    puis mis en confiance par cette promiscuité,

    prend le relai et nous guide parmi quelques herbes, vers les rochers qui affleurent

    sensation étonnante d'un autre monde

    6
    Samedi 18 Avril 2015 à 00:32

    Et moi qui croyais

    Que la brume avilissait:

    Parfait démenti.

    5
    Vendredi 17 Avril 2015 à 23:40

    'soir Margi,

    Sentiment d'émerveillement et de pudeur comme si le regard surprenait deux baigneuses ou quelque chose d'innocent dont on ne pourrait se détacher pourtant, en se disant peut-être qu'il ne faudrait pas. L'Autre Monde, celui discret et  hélas presque clandestin des créatures sauvages ; de l'autre côté, là où la vie semble si vivante . Et si fragile.

    Douce soirée à toi,

    Bises

    Gargant' silencieux...

    4
    Vendredi 17 Avril 2015 à 23:10
    another

    Quelle merveille ! des ombres d'ombres de vie qui la rendent d'autant plus réelle !! Beaucoup de respect dans ton regard et dans le partage sans fard. Merci beaucoup Margimond.

    3
    Vendredi 17 Avril 2015 à 19:47

    Non, elle est là, et c'est à nous de la voir... Superbe page, Denis.

    passe une douce soirée.

    2
    Vendredi 17 Avril 2015 à 18:51

    Belles photos et beau texte. J'aime ce mystère ce coton ces gris et..ces gris, l'intimité du poète.

    1
    *
    Vendredi 17 Avril 2015 à 18:49
    Flou de la Vie
    Dans l'attente le soleil
    endord mon regard reveur
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :