• Entre le vide et la page blanche ou le syndrome bouteille à la mer

     

    Une page blanche comme un morceau d’hiver coincé là depuis toujours

     

    Ça aurait pu commencer comme ça

    Une bouteille à la mer

    Quelques vagues incertaines

    Et le vent, pour pousser la bouteille

    Mais le vide a fait sa loi

    Le vide s’impose parfois

    Le vide s’invite au bal

    Lorsque la matière est éphémère et fragile

    Il a coulé la bouteille bien trop lourde

    Bien trop pleine de rêves

    D’îles à parcourir à tire-d'aile

    Mais sans elle

    Elle est au fond de la mer

    Partie avec mes îles et mes ailes

    Partie avec un vide impossible à combler

     

    Il me reste la mer

    Et le vent

    Et une page encore blanche, qui finira bien comme ça.

    « Cap de la mauvaise espéranceLes p'tites annonces... »

  • Commentaires

    14
    Vendredi 10 Mars à 08:58

    parfois devant une page blanche il faut ne pas se tracasser, laisser passer le temps

    et revenir apres, chercher l'inspiration dans d'autres activités que l’écriture si rien ne vient immédiatement

    partir sur une mer calme de ses idées, un ocean d'activités pour occuper l'esprit non litteraire

      • Vendredi 10 Mars à 09:17

        Et puis, tu as toujours la possibilité, si tu n'es pas un littéreux, d'étaler l'encre au pinceau happy

    13
    Mardi 16 Décembre 2014 à 08:07

    @Marie : Merci, Marie... Bise de belle journée... et félicitation pour ce stage de reporter !

    12
    Lundi 15 Décembre 2014 à 19:09

    Quel beau poème ♥ que de douceur, tendresse et nostalgie.

    Gros poutous mon ti Margi kiss

    11
    Lundi 15 Décembre 2014 à 12:48

    @Quichottine : L'encre est sympathique et le feu salutaire. Amitié...

    @ Les carfards : Oui, car elle est blanche, même si avec une ancre sympathique on pourrait s'arrime au port  happy  Mes amitiés aussi à vous les caf'.

    @ abécé : Merci pour ce rêve qui s’imprime sur ma page blanche. Bisous de belle journée.

    10
    Lundi 15 Décembre 2014 à 12:23

    Ma page blanche ne coule pas, elle rêve wink2

     

    <style></style>

    Moment de plénitude :

     

     

     

    Ma feuille restait toute blanche

     

    Pourtant seule sur une branche

     

    Dans cette forêt vierge immense

     

    Comme en transparence

     

    Instant de solitude

     

    Moment de plénitude

     

    Je contemplais émerveillée

     

    Un étrange nouveau-né

     

    Un lionceau aux yeux bleus

     

    Balançant lentement sa queue

     

    Dans le giron douillet

     

    De celle qui l’allaitait

     

    Une brise légère

     

    Emporta dans les airs

     

    Cette vision peinte sur la soie

     

    Qui s’imprimait en moi

     

    Il devait être midi

     

    Je m’étais assoupie

     

    Assise sur une branche

     

    Devant une feuille blanche

     

    ABC

     

    9
    les cafards
    Lundi 15 Décembre 2014 à 12:05
    Et tu appelles ça une page blanche ? Amitiés
    8
    Lundi 15 Décembre 2014 à 11:20

    Entre temps, la page s'est remplie à l'encre sympathique... Il suffira de la passer à la flamme d'un souvenir heureux pour que les mots s'affichent.

    Merci pour ce moment partagé.

    Passe une douce journée.

    7
    Lundi 15 Décembre 2014 à 10:40

    @Kattelm : Vas-y, griffonne, le papier est fait pour cela. pourquoi n'en ferais-tu pas un article ? Merci, compagne de cordée...Bisous de belle journée.

    @Old Nut : Super, je la garde, alors ? : belle journée à toi.

    @esku33 : Merci, Je la range... Tout est possible, à condition que le stylo fonctionne. belle journée à toi.

    @Mbindo : Oui, c'est vrai, mais je ne suis pas n'importe qui yes . J'aime aussi les bouteilles pleines ! Comme je suis soucieux du devenir de notre planète... je jette les vides dans un contener idoine ! Quant aux bouteilles à la mer, je préfère quand elles contiennent un bon d'achat pour en racheter d'autres ! Ceci, je te le promets est gravé dans le marbre happy. Heureux que tu t'amuses bien chez nous... j'aime les gens qui ne se prennent pas au sérieux.

    @Brume : Alors, reprends ton souffle... Et tout sera comme je l'ai compris ! Bisous de belle journée happy

     

    6
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 21:44

    ce billet m'inspire car justement je manque un peu d'inspiration ! et puis le vide m'inspire aussi... bref ton billet m'inspire car je ne suis pas inspirée ;) va comprendre hein ! je sais que tu m'as sûrement comprise :D

    5
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 20:41

    La page blanche, des gens mal intentionnés en ont fait un syndrome; c'est pourquoi, n'importe qui se croit obligé de faire ramper des vers dessus et ne riment pas toujours à grand chose.

    C'est comme la bouteille. Pourquoi s'attendre à y trouver un message d'un ilien provisoire réfugié en plein océan de solitude? La mienne je l'ai jetée il n'y a pas si longtemps; mais c'est parce qu'elle était vide, justement. J'avais bu tout le vin qu'elle contenait. Qu'elle contienne de l'eau de mer maintenant, ce n'est plus mon problème: je n'aime pas.

    Que tout ceci soit écrit. On s'amuse bien chez toi.

    4
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 20:10

    bonsoir , se sera pour une prochaine fois ;)

    bonne soirée

    3
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 18:48

    Tant que la page est blanche tout est encore possible .....

    2
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 18:47

    Et dire que cette photo est une invitation à l'écriture. Je suis tentée de m'emparer du stylo pour griffonner quelques bêtises sur tout ce blanc qui meurt d'ennui. Ce  sera sans doute possible techniquement parlant d'ici quelques temps.

    En attendant, ce blanc est peut-être comme une brume ou le brouillard recouvrant une vallée que tu contemples d'un sommet. Ce blanc est peut-être un masque. Un camouflage, une dissimulation. Sous ce blanc, quelque chose...bien évidemment. Je te propose d'y descendre, de le traverser, le paysage que tu y découvriras sera sans doute très coloré. Alors, n'oublie pas des verres fumés pour t’habituer peu à peu à  ces couleurs si vives, si inattendues. 

    Belle expédition en deça du brouillard, Margi !

    K. une compagne de cordée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :