• Dévoyage au bout de la nuit

     

    Dévoyage au bout de la nuit

     

    Dévoyage au bout de la nuit

    Empruntée sur Internet. Référence : SPA 45 M 1037Photographe SPA : Albert Moreau

     

     

    A quoi pense t-on lorsque l'on est dans l'Aisne, même par une magnifique journée d'un printemps si proche...

    On pense, bien sûr à cette effroyable guerre qui fit 19 millions de victimes, à tous ces hommes, paysans, commerçants, ouvriers, pour la plupart, morts dans un conflit capitaliste dont ils ne connaissaient probablement ni les tenants ni les aboutissants.

    On pense aussi à toutes ces ordures de généraux, qui savaient, eux, et leurs ribambelles de petits chefaillons près à sacrifier "leurs hommes" en espérant seulement une promotion de leur pouvoir.

    On pense à toutes ces jeunes vies brisées, déchirées et perdues à jamais.

    Nausée... Envie de vomir.

    Mais aujourd'hui, le soleil est là, il me ramène à la réalité d'un XXIe... Où finalement pas grand chose n'a changé.

    Nausée... Envie de vomir.

    Le soleil est là, dans ce printemps en devenir. Essayer d'oublier ces instant de malaise. Les rayons du soleil éclairent ma carte IGN... Le petit symbole, là... J'y suis...

     

    Cliquez ici pour voir la suite du reportage

     

     

    « Journée de la femme : faudrait pô dépasser les limites !Le sang »

  • Commentaires

    16
    Jeudi 20 Avril à 09:03

    les guerres ce sont toujours des gouvernants qui sacrifient des milliers de soldats, mais eux dorment tranquille la nuit

    15
    Jeudi 26 Mars 2015 à 18:43

    @ Olivia : Merci pour ton passage par ici. Je crois que nous sommes d'accord quant à l'inutilité de cette boucherie qui a broyé tant de vies. Et comme tu le fais si bien ressentir, aujourd'hui, nous sommes au XXIe siècle et rien n'a vraiment changé. Nos politiques sont aussi pourris que ceux de l'époque (et des époques plus reculées encore), obnubilés par le pouvoir et l'argent ! De gauche de droite et d'ailleurs, ce sont les mêmes : Une bande de copains d'école qui s'amusent avec la misère du monde, qui s'enrichissent à tant la maintenir à coup de peur de l'autre et de jeux du cirque (l'exutoire du bon peuple). Je ne sais quoi dire à cela... Sinon continuer de croire qu'il reste encore quelques humains dignes de ce nom.

    J'espère que tu vas ouvrir un blog... Il y a tant de choses à dire et à partager. Ce n'est pas grand chose, certes, mais ne sont-ce pas les gouttes d'eau qui ont fait les océans ? A bientôt alors yes

     

    14
    olivia
    Jeudi 26 Mars 2015 à 12:40

    Petite visite sur ton blog, instructif,de très jolis clichés  sur le monde souterrain et la vie dans les ténèbres.


    Quant-à la guerre, en particulier celle dont tu parles,je connais assez bien, mon mari est un passionné!!! (visites des grandes terres de batailles, recueil de données historiques,etc,etc..Nous avons passé nos dernières vacances dans la Meuse) En ce qui me concerne,ces endroits me laissent en total désarroi...Pourquoi? parce que tout ces hommes se sont battus  pour rien...Je crois que notre monde actuel le montre assez bien (tous ces civils qui meurent sous les bombes au quatre coins du monde,obligés de fuir leur pays et les conséquences que cela entrainent!!  Honnêtement, il m'arrive de ressentir de grandes angoisses pour l'avenir...Et vers qui se tourner, nos hommes politiques, quels qu'ils soient sont inconséquents, la finance à outrance dirige le monde, la  guerre économique  est aussi le ciment de conflits armés, il ne faut jamais l'oublier.Les enjeux sont immenses!!


    Je veux aussi te remercier pour le petit commentaire sympa que tu as écrit  pour mon texte ( coucher de soleil sur l'océan) gentiment hébergé par STAN sur son blog.

    13
    Vendredi 20 Mars 2015 à 23:37

    @ Ceher : Ma rencontre avec ce grand rhinolophe  a vraiment été comme je l'ai notifiée. Impression de déranger, car ces animaux n'aiment pas la lumière. Et l'appareil photo qui devient inutile, presque un poids mort.

    Oui, il y avait deux dimensions à ces images : la vie, si ténue soit-elle dans ces lieux obscures et le passé qui transpirait encore comme si l’obscurité de ces grottes avait la faculté de conserver le passé et le restituer à qui voudrait bien s'en saisir.

    @ Yonder : Oui, tu as raison... Que penser de l'humain à la vue de toutes ces injustices, de tous ces mensonges "organisés" par le monde politique... Et dire qu'il va falloir voter dimanche, choisir une ces pourritures qui seront sensées nous représenter... j'ai honte et nausée me reprend.

    12
    Vendredi 20 Mars 2015 à 20:25

    aujourd'hui, j'ai écouté sur france inter un reportage sur les montées des eaux dues au réchauffement climatique. ça m'a fait penser à la première guerre mondiale. On sait aujourd'hui que cette guerre arrangeait beaucoup le monde de l'argent, parce que les ouvriers commençaient de réclamer (quelle honte !). Quelle aubaine, cette possibilité de les écarter de ces idées saugrenues. Hop, leur changer les idées, voire même s'en débarasser. Au bengladesh, et ailleurs, on sait que la montée des eaux va faire des ravages dans des populations qui osent dirent qu'ils ont le droit de vivre. Mais comment on pourrait faire pour que l'eau ne monte pas. L'inde ferme ses frontières pour éviter les émigrés climatiques. On ne dit pas sur France inter, mais finalement, si on les laissait chez eux, on serait quand même plus tranquilles.... L'histoire se répète. Font chier les pauvres, quand même....

    11
    Ceher
    Lundi 16 Mars 2015 à 13:40

    Alors déjà, chapeau pour le reportage, il est magnifique.

    Chacune de tes photos possède deux dimensions, je ne sais pas si c'est fait exprès, ou si c'est mon imagination qui galope, mais à chaque nouvelle photo, moi je voyais d'abord qqe chose de très différent, avant de lire ton commentaire et de voir ce que toi tu y voyais. Du coup, ça m'a fascinée.

    Après, je suis comme Brume et Jacques, merci de m'avoir emmenée sous terre parce que seule, je n'y serais pas allée, trop claustrophobe, trop peur du noir.

    Et puis ta rencontre avec Monsieur Chauve-souris m'a particulièrement touchée. Je suis persuadée, comme tu l'as écrit, que les animaux sentent nos intentions, et celui-ci a du comprendre que c'était un visiteur ami et humble qui arrivait.

    10
    Dimanche 15 Mars 2015 à 15:00

    @ Kattelm : Oui, une journée de réflexion sur la cohabitation de la vie et de la mort. Quant aux vampires, j'en ai vu au Pérou, Il n'ont pas de cape ! Il est facile d'imaginer que les ailes des chiroptères aient pu donner cette ressemblance. la pareidolie est en chacun de nous. De plus, les vampires sont de très petites chauves-souris nullement impressionnantes... et plutôt sympathiques. Loin du  roman de Bram Stoker. Quand Gargant' aura terminé de repasser ses chaussettes, n'oublie pas de le saluer pour moi.

    @another : Heureux que la surprise t'ait plu, comme à d'autres semble t-il. Ça m'encourage à refaire d'autres petits reportage de ce genre.

    @ Wolfe : C'est la triste et humaine loi du pouvoir...

    @ Brume : Les chauves-souris, comme d'autres animaux, je pense aux insectes aux batraciens ou aux reptiles, il faut les regarder de près, avec nos différences. Ils ont une beauté que l'on ne soupçonne pas. , les toucher aussi pour perdre ces répulsions que nous avons tous plus ou moins. Quant à l'obscurité, je la trouve très apaisante. La lumière des grandes villes m'effraie bien plus.

    @ les cafards : Malheureusement, l'homme semble incapable de tirer des leçons de sa propre histoire. Plus prosaïquement, payons nous des historiens à retracer le passé juste pour se prouver qu'un jour, nous avons existé ?

    @ Quichottine : l'histoire pourrait nous prouver le contraire, si nous prenions conscience un jour (c'est peut-être ce qui es en train de se faire) que les clivages gauche, milieu, droite, et extrêmes de tout poil, n'intéresse plus que ceux qui ont des intérêts dans ces boutiques. Le choix devient dyadique : Les oligarques ou le peuple...

    @ Etienne : Oui, il y a de quoi, sachant que l'amnésie est de mise.

    @ Jacques : Si, si, je suis sûr que tu aurais pu y aller. Ce noir, n'est pas du noir, c'est l'obscurité où l'on est bien, celle, ou l'on se sent en sécurité... Pour preuve, j'y suis allé et je vais y retourner. D'une façon différente, ne regarder que ce qui y vit... pas sûr que j'y parvienne aussi facilement.

     

    9
    Vendredi 13 Mars 2015 à 15:40

    merci du partage , les guerres et leur "mécanique " n'ont pas changé : la chair à canon et le reste ... profite du soleil ;) bonne fin de journée

    8
    jacques
    Jeudi 12 Mars 2015 à 21:26

    Mon fils a fait immatriculer sa voiture département 29, pour deux raisons, le 29 est le département de sa mère et 29 sont les membres de ma famille morts en 39-45. Quelle tuerie !

    Beau reportage photographique Denis, je n'y aurais pas été parce que le noir m'angoisse, alors merci de tout coeur pour les belles photos, elles me suffisent amplement :)

    7
    Jeudi 12 Mars 2015 à 18:11

    J'ai la même nausée, la même envie de vomir !

    6
    Jeudi 12 Mars 2015 à 12:53

    J'ai bien aimé suivre ce Petit Poucet qui qui nous conduisait vers la lumière...

    Pour le reste, j'ai l'impression depuis quelque temps que l'Histoire ne nous apprend rien et que nous commettons toujours les mêmes erreurs.

    Merci pour ce voyage.

    Passe une douce journée.

    5
    Jeudi 12 Mars 2015 à 11:27

    impressionnant et un peu oppressant. que de vérité sur ces boucheries du passé ! En avons-nous tiré leçon ? j'en doute.

    4
    Jeudi 12 Mars 2015 à 11:13

    bravo pour ton reprotage photo ! t'es un excellent photographe dis donc !! sinon, je vais te dire : j'ai peur des chauve souris :) et puis j'ai peur des tunnels tout noirs aussi... mais je ressens à travers tes mots ce que tu as pu ressentir en sortant de là avec ces rayons éblouissants voire peut etre mm aveuglants ! je ne pratique plus ce genre de visites ni de grottes non plus tant la sensation d'enfermement me pèse... mais ça reviendra peut être un jour ! :D voilà tu sais tout ; lol ; bisous de beau jeudi ensoleillé !

    3
    Jeudi 12 Mars 2015 à 10:43

    Bonjour

    Malheureusement, un peu partout, ces guerres ont décimés des vies innocentes...Les généraux envoient toujours les autres à la mort...

    Bisous

    2
    Jeudi 12 Mars 2015 à 09:04
    another

    Creute alors ! Voilà une belle surprise pour démarrer la journée ! Merci pour ce reportage !! cool

    1
    Jeudi 12 Mars 2015 à 03:09
    1
    Hier à 20:04   Supprimer le commentaire

    soir' Margimond !

    (Ci-joint un commentaire en rapport avec l'article suivant sous lequel je ne pus commenter.)

    Tout d’abord merci pour ce reportage insolite qui parvient à  nous  partager l'atmosphère du lieu. Un lieu impressionnant en raison de l'obscurité,  et aussi  des strates de vies qu'il semble conserver comme une chambre froide. Et cela est également émouvant de penser à ceux qui s'y sont retranchés, qui ont prié, et ri sans doute aussi , là, sous la terre.

    La petite bête est aussi impressionnante : elle ressemble aux vampires des films d'épouvante dont elle fut l'inspiratrice avec sa grande cape . Et son sommeil mystérieux.

    J'aime beaucoup tes reportages, Margi'. Merci.

    Kattelm ( Gargant' fait du repassage mais se joint à moi pour te saluer ).

    Douce soirée à toi !

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :