• Couloir de nuit

    Couloir de nuit

    La nuit est encore là

    Vos esprits errent dans vos corps trop souffrants

    Tenir

    Tenir la mort à distance jusqu’à l’aube naissante

    Tard

    Les blouses blanches ne sont déjà plus que quelques ombres furtives.

    Les bruits du jour résonnent doucement dans les couloirs blafards

    Tenir

    Mortels apeurés par la venue de l’obscurité

    Vous cherchez votre soleil disparu

    Vous laissez votre regard traverser les murs

    Très loin

    À jamais hors du temps

    Hors de l’espace

    Vos souvenirs transpirent dans le présent

    Un autre monde

    Un autre univers

    Un réel différent.

    Silence

    Un râle déchire la nuit

    Ailleurs un autre

    De nouveau le silence

    Quelques âmes peut-être auront trouvé le repos

    Le jour se lève quand même

    L’obscurité s’enfuit sans hâte

    La mort à ses basques.

    Le soleil se lève timidement

    Comme s'il voulait s’excuse d’entrer comme ça

    Presque par effraction

    D’ultimes lambeaux obscures s'accrochent

    Aux  aspérités d'un jour naissant

      Attendant la nuit avec délectation

    Avec le départ du dernier visiteur

    « Tuer le tempsVoyage à rebours »

  • Commentaires

    22
    Mardi 3 Octobre à 13:24

    Très beau texte. Tu pourrais justement mettre des posters avec ton texte qui s'égrène, quitte à avoir la trouille...ou alors une recette originale de cocktail létal sur chaque porte ? (ça me rappelle un hôtel à Grantown en Ecosse, où chaque chambre porte le nom d'un whisky différent, ça peut faire un bon cocktail aussi....)

      • Mardi 3 Octobre à 17:12

        C'est une bonne idée, mélanite !  alors, va pour un nom de whisky sur chaque porte. clown yèèèèèèh !

    21
    Lundi 2 Octobre à 14:23

    N'y a t il pas au bout de chaque couloir, de chaque tunnel, une petite lueur d'espoir ?

      • Mardi 3 Octobre à 17:09

        Bien sûr Chinou, d'ailleurs, si n'y avait aucune lueur d'espoir, y aurait-il un couloir yes

    20
    Samedi 30 Septembre à 10:56

    Bonjour Denis,

    Mon petit coucou amical pour voir si tu vas bien et tes nouveautés.

    J'aime bien ton poème, il est bien écrit.Par contre, je ne m'aventurerais pas dans ce couloir la nuit, sait-on jamais brr ! lol Cela me fait penser à des films d'horreur ou d'épouvante.

    Bon week-end à toi.Bisous de Fernand et moi.

    Florence   

      • Dimanche 1er Octobre à 12:04

        Bon, si j'ai bien compris, mon couloir fiche la trouille à tout le monde arf... Je vais y mettre quelques posters. Qu'est-ce qui vous ferait plaisir pour le rendre plus acceptable ? smile

         

        Bises de bon dimanche à vous deux.

    19
    faisons court
    Vendredi 29 Septembre à 22:20

    Au fait Denis et belle maman elle s'en est tirée alors ?

    D'où tes cauchemars, je compâtis ... On en tous une  :D

      • Dimanche 1er Octobre à 12:01

        Ben, tu sais comment ça fini, p'tain, j'aime pas quand le héro y meurt à la fin !

    18
    faisons court
    Vendredi 29 Septembre à 22:18

    J'espère arriver le plus tard possible à ce fichu couloir "Kubrick" qui me fait tant penser à Shining. Brrr

      • Dimanche 1er Octobre à 11:59

        Sauf que là, c'est pas du cinéma ! happy

    17
    Vendredi 29 Septembre à 10:47

    Bonjour

    Les longs couloirs dans nos vies

    Sont souvent là en soucis

    En problemes qu'il faut evacuer

    Marcher droit devant et s'echapper

      • Vendredi 29 Septembre à 10:58

        Oui, on dit que Rêver d'avancer dans un couloir, où toutes les portes sont fermées, symbolise le désespoir de trouver la solution à ses problèmes ou le manque d'opportunités . Mais bien sûr, c'est sans compter sur les système de sécurité obligatoires !happy

    16
    Mercredi 27 Septembre à 08:36

    Bonjour Denis 

    Des Mots qui résonnent très fort en ma mémoire ....

    C'est un texte superbement écrit triste et doux ....Résigné...

      • Vendredi 29 Septembre à 10:50

        Merci Betty. Oui, résigné, c'est sûr, comment faire autrement.

    15
    Mercredi 27 Septembre à 08:23

    On s'y projette bien dans ce couloir pas très rassurant...

      • Vendredi 29 Septembre à 10:49

        S'y projeter, hum, attention quand même de ne pas finir en crépi ! happy

    14
    Mardi 26 Septembre à 21:54

    tu me fous la trouille, pas envie d'avancer dans ce couloir

      • Vendredi 29 Septembre à 10:47

        Mais non, rhooo, c'est un couloir tout ce qu'il y a de plus sûr, équipé d'extincteurs, de sortie de secours et... une porte munie d'une barre  anti panique ! yes

    13
    Mardi 26 Septembre à 18:18

    Comme s'il voulait s'excuser... mais le veut-il vraiment ?

    Ton poème est très beau...

    J'espère que tu vas bien, Denis. Amicales pensées et bises.

      • Vendredi 29 Septembre à 10:42

        Merci, je n'ai pas de réponse claire à cette question... Les souvenirs ressurgissent comme ça et... sans s'excuser happy.

        Bises de belle journée Quichottine.

         

    12
    Mardi 26 Septembre à 14:41

    Bonjour Denis,

    Le poème se situe bien dans l'harmonie de la photo (et réciproquement), sombre, lancinant, douloureux.

      • Vendredi 29 Septembre à 10:38

        Merci Pierre. tes adjectifs sont aussi très justes, ça a été mon ressenti lorsque je l'ai écrit, me rappelant un mauvais souvenir de visites à l’hôpital.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :