• Voyage au bout de la nuit 2

     

    Ver géant aux yeux écarlates

    Monstre  d'acier

     grisé d’obscurité

    Extrait de la gueule des enfers

    Tu ralentis et t’arrêtes dans la lumière

     

    Le tracé est libre

    Pas de désespoir sur ta voie

    Aucune vie à dévorer

    ce jour là

     

    Tu ouvres tes flancs

    Des carcasses vides en survie

    S’y engouffrent rapidement

    Les gestes sont lents mais aboutis

     

    Flancs refermés

    Souffle vital grondant

    C'est le départ

    Tu ramènes dans leur nuit

    Des êtres innocents

    Jusqu'à la porte d’Orléans

    Où tout le monde descend


    32 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires